dimanche 14 mai 2017

Miss Cyclone (Laurence Peyrin)

A l'ombre du Cyclone, les célèbres montagnes russes de Coney Island, là où New York se jette dans la mer, Angela et June, deux jeunes filles que tout oppose, se construisent ensemble dans une amitié indéfectible. A l'ombre du Cyclone, les célèbres montagnes russes de Coney Island, là où New York se jette dans la mer, Angela et June, deux jeunes filles que tout oppose, se construisent ensemble dans une amitié indéfectible.

Puisque j’ai du temps devant moi et du retard à rattraper, c’est l’occasion parfaite pour rédiger mes chroniques ! Donc c’est parti pour Miss Cyclone, un roman qui a su me plaire, exactement comme je m’y attendais !

Miss Cyclone est l’histoire de deux amies inséparables que tout différencie : Angela et June. L’une vit dans HLM, l’autre dans un quartier huppé, mais rien, au fil des années, ne saura les séparer. Au rythme des évènements qui ont marqué New York, le lecteur est invité à suivre ces deux jeunes filles, puis femmes, dans leurs parcours de vie uniques, ensemble.

Encore une fois, il m’est difficile de vous faire un résumé assez correct de ce que vous pouvez trouver dans cette histoire forte et peu commune. Si l’histoire de June et Angela est celle d’une amitié, elle est aussi celle de deux destinées diamétralement opposées et fascinantes, touchantes.

Angela vit dans un HLM. Son avenir est déjà programmé : elle se mariera avec Nick, son petit ami, et restera à Coney Island. June, issue d’une famille aisée, elle, est la roue libre du duo, et son avenir est tout sauf défini. La nuit où New York et le monde pleurent John Lennon ensemble, la vie d’Angela va être totalement chamboulée : de projets qui auraient encore pu être chamboulés, sa vie avec Nick va devenir réalité, fatalité. Son caractère, dès lors, va évoluer tranquillement, avec la force d’un long fleuve. Un long fleuve qui pourra peut-être un jour se réveiller, se révolter. June, elle, va évoluer, tout en restant quelque part une adolescente dans sa tête, dans ses actes, mais pas tout à fait.

Comme on peut le voir, les deux femmes sont vraiment très différentes. Elles sont même elles aussi difficiles à résumer, parce que chacune possède une personnalité semblable à un caléidoscope : leurs facettes sont multiples. N’allez pas croire qu’elles ont des personnalités multiples, mais plutôt que chacune possède des traits surprenants et inattendus qui vont émerger au fur et à mesure de la vie. C’est une grande force des personnages de Laurence Peyrin, ça, ce côté puissant des caractères et de la psychologie !

Le roman voit son intrigue tourner autour de la vie des deux femmes, mais aussi et surtout autour d’Angela, il faut dire. C’est surtout elle que l’on suit, elle qui devient la femme forte presque insoupçonnée. Et tout ceci sur le tempo de grands évènements marquants dont Laurence Peyrin a su capter l’essence et l’ambiance générale. J’ai beaucoup apprécié ces « points culture » qui servent l’histoire. Tout est renseigné et fondu dans le quotidien de celles que nous suivons. On s’y croit !

Au niveau de la plume, elle est concise, puissante et percutante. En soi, le roman n’est pas très long, sauf qu’il réussit à résumer presque une vie, non, deux ! L’auteur a le don de choisir ses mots, ses scènes, d’ellipser au bon moment pour que le lecteur sache quoi deviner, tout en laissant dans une zone d’ombre pour les révélations qu’elle va lâcher. Je trouve qu’il faut beaucoup de maîtrise pour cela, et c’est ainsi qu’on remarque que Laurence Peyrin a un véritable style et qu’elle sait en même temps embarquer son lecteur dans une histoire qu’on aura de la peine à lâcher. Elle cumule les qualités !

À propos de l’intrigue et des rebondissements, rien de fantasque à l’intérieur, et pourtant, tout est vécu par le lecteur comme des retentissements incroyables ou presque. Il y a une force de l’évènement, qu’il s’agisse de ce qui impacte directement nos héroïnes, ou d’actions qui se déroulent en fond de toile. Il est évident que tout est mêlé, exactement comme lorsque nous apprenons de grandes nouvelles, de grands évènements à échelle mondiale. Tout entre en résonnance, et c’est aussi ce qui confère une puissance certaine au roman, parce que c’est comme si, dans une danse complexe, les évènements se répondaient. D’où une certaine fascination déjà provoquée par les caractères de June et Angela, assez atypiques !

Un autre point fort du roman ? Les sentiments et les pensées des personnages. Il y a beaucoup de non-dits qui n’auraient pas plus signifié que s’ils avaient été criés. Laurence Peyrin a une justesse dans ses propos qui nous permet de nous mettre quasiment exactement à la place des deux femmes, et surtout d’Angela. June reste l’électron libre qu’on aime bien, qui nous étonne, mais qu’on ne comprend pas vraiment. Elle est insaisissable, beaucoup plus qu’Angela, qui nous est plus proche.

Concernant les valeurs, ce roman nous questionne. Il est impossible de poser un jugement sur qui que ce soit dans cette affaire, dans ces affaires, exactement comme je l’avais remarqué dans La drôle de vie de Zelda Zonk. Les personnages ont beau agir de façon répréhensible sur des tableaux divers, on ne peut pas les juger, parce qu’ils sont tellement humains que c’est juste pas possible. Pour autant, l’amour de la famille est présent, la force d’avancer aussi, l’amitié au-delà de tout… mais surtout, ce qui apparaît sur la fin, c’est le droit pour chacun de faire des choix sans que les circonstances ne nous incline à quoi que ce soit. Faire ses choix soi-même, s’accorder d’être soi-même, sans influence extérieure. Ça, c’est super important et très beau, comme message !

En conclusion, Miss Cyclone a été une très belle lecture pour moi. Je savais que Laurence Peyrin allait m’embarquer dans une histoire prenante, j’ai pourtant été surprise et admirative de sa plume concise, puissante et percutante. Elle a le don de manier les mots pour nous présenter des personnages extrêmement riches dans leurs caractères et leur façon de penser, au milieu d’une intrigue forte, réaliste et prenante, qui fera réfléchir à bien des égards. Bref, gros succès pour moi, et ce sera un 18/20 ! Je vous le conseille plus que franchement !

1 commentaire:

  1. Vous résumez et analysez parfaitement ce livre que j'ai adoré.

    RépondreSupprimer