dimanche 5 juillet 2015

Maybe Someday (Colleen Hoover)

À 22 ans, Sydney a tout pour être heureuse : des études passionnantes, le mec parfait, Hunter, et un superbe appartement en coloc avec sa meilleure amie Tori. Jusqu'au jour où elle apprend que ces deux êtres qui lui sont le plus chers lui cachent un secret impardonnable... Sydney décide alors de tout plaquer. Elle se rapproche de plus en plus de Ridge, son mystérieux voisin. Elle vibre lorsqu'il lui joue ses magnifiques mélodies à la guitare sur son balcon. Mais chacun a ses secrets, et Sydney va découvrir ceux de Ridge à ses dépens. Ensemble, ils vont comprendre que les sentiments qu'ils partagent ne leur laissent pas le choix dans leurs décisions.

Bon ! On crève de chaud, mais rédiger ma chronique devrait apporter un peu de fraîcheur – du moins, psychologiquement parlant.

Maybe Someday est une belle histoire entre Sydney, qui vient de plaquer sa meilleure amie et son petit copain pour cause de trahison dans les règles, et Ridge, qui va l’accueillir chez lui pendant quelques jours et qui va profiter de sa présence pour composer des chansons. Oui, parce que Sydney a la plume facile sur les morceaux que Ridge joue à la guitare. Entre eux, il y a la musique, mais peut-être bien autre chose… y compris des secrets. Cette histoire n’est pas une histoire de résistance, c’est une histoire d’amour qui commence sur des bases carrément compliquées.

Avant toute chose : non, je n’ai pas écouté les chansons du livre, hormis peut-être une, et cela ne m’a pas follement emballée. Je vous interdis de me lyncher pour une très bonne raison : j’ai lu ce roman dans le cadre de mes études. J’ai désiré me concentrer sur les aspects qui m’intéressaient et ensuite à la romance, ce qui fait que les chansons passaient au troisième voire quatrième plan. Je les écouterai plus tard, quand j’y aurai la tête.

Ceci dit, vous êtes en train de vous demander si je n’ai pas décortiqué le livre comme une malade ainsi que j’ai pu le faire pour d’autres romans. Pas tout à fait. Le début m’a bien renseignée et m’a permis de me poser des questions, mais j’ai fini par m’apercevoir que la suite me fournissait moins d’infos, laissant la place à la romance que j’ai pu apprécier.

Interdiction de me lyncher bis : cette histoire est mimi, ce n’est pourtant pas un coup de cœur. J’ai vraiment aimé la lire, elle m’a été presque addictive sur la fin, j’en ressors pourtant satisfaite et contente de l’avoir lue. Personne ne me piquera mon livre (surtout s’il y est crayonné), mais… mais voilà.

Les chapitres alternent les points de vue de Sydney et Ridge, ce que j’ai trouvé très chouette. J’aime vraiment quand on a droit aux deux ressentis. D’autant plus que l’auteure a choisi de faire une complémentarité : on ne rejoue pas les scènes de chaque côté. L’histoire avance mais aucun moment n’est écrit deux fois.

J’ai donc fait la connaissance de deux personnages que j’aime bien. Sydney est une jeune femme réfléchie, qui a un profond sens des valeurs, dont elle est nettement plus consciente depuis sa mésaventure avec Tori et Hunter. Elle a un grand cœur et possède aussi ses faiblesses, ce qui ne nous la rend que plus proche. En même temps, j’ai trouvé qu’elle avait beaucoup de maturité et d’altruisme, malgré tout ce qu’elle peut vivre.
Quant à Ridge, il est… unique. Je le trouve beaucoup plus doux, quelque part, que bien des personnages masculins qu’on peut rencontrer. Il a de même beaucoup de sincérité, sensibilité et de réflexion et je ne vais pas vous dire que ça change, mais presque. Il y a quelque chose en lui qui nous le rend tout simplement attachant. C’est vraiment un personnage que j’aime beaucoup aussi, même si parfois, avec Syd, ils avaient tendance à m’agacer.

En même temps, tout le livre est construit sur des points sérieusement compliqués et sur un nœud qui n’a rien d’évident à démêler. En ceci, je trouve que Colleen Hoover a fait un superbe travail, parce qu’en dehors de plein de choses encore, elle est parvenue à sortir ses personnages de ce bourbier infernal. Oui, c’est une romance, pas un drame…
De même, la tension de l’intrigue est toujours bien dosée : si vous avez envie de taper sur les personnages alors que vous comprenez leur situation compliquée, vous ne pensez pas trop qu’il y a des longueurs, ce qui est un bon point.

Ceci dit, j’aurai un reproche à faire. Ça a directement trait au fait que j’ai lu ce livre pour mes études : on y retrouve encore une fois l’association handicap et génie. Ça a tendance à m’énerver, même si l’auteure nuance le fait qu’il s’agit quand même de quelque chose d’exceptionnel. Non, je n’en dirai pas plus !

La plume de Colleen Hoover est intéressante, je dois l’admettre, et ce roman me donne un peu envie de découvrir d’autres écrits de sa main. Sachant comment elle réussit à manier les sentiments et les situations dans Maybe Someday, je me demande ce que ça peut donner dans d’autres. Parce que le ton est juste, prenant, et qu’en effet, ça nous touche, bien que cela soit à des degrés différents.

En conclusion, je remercie encore Gala de Livres et les Editions Hugo New Romance parce que c’est grâce à eux que j’ai gagné ce roman. Bien que je l’aie lu dans un intérêt autre que le simple plaisir de l’histoire, j’ai découvert une intrigue bien menée, des personnages attachants et une histoire d’amour qui n’a rien de simple et qui pourtant saura vous emporter. Je ne doute pas que Sydney et Ridge remportent encore quelques coups de cœur à l’avenir !
Ce sera donc un 18/20 pour moi, ce qui vous confirme que j'ai vraiment aimé ce livre, quand même ! ;)

1 commentaire:

  1. je ne m'y attendais pas, mais j'ai vraiment beaucoup aimé! Ridge <3

    RépondreSupprimer