jeudi 13 novembre 2014

Idhun (Laura Gallego Garcia)

Tome 1 : La Résistance

Le jour où survient la conjonction astrale des trois soleils et des trois lunes, Ashran, un puissant nécromancien, prend le pouvoir sur Idhun. Un guerrier et un magicien, exilés de cette planète, organisent la Résistance. Leur objectif : renverser Ashran et ses alliés, de redoutables serpents ailés. Or, Ashran a envoyé sur Terre Kirtash, mi-homme mi-serpent, en lui donnant pour mission de tuer deux adolescents, Jack et Victoria. Sauvés par la Résistance, ils découvriront qu’un lien mystérieux les unit au monde d’Idhun…

C’est parti, mon kiri ! Ce roman que je voulais lire en espagnol à la base risque d’avoir une chronique assez conséquente !

Le premier tome de la saga Idhun nous fait découvrir une foule de choses. L’histoire commence avec Jack, un préado de douze ans qui découvre ses parents morts en rentrant de l’école, et qui manque de peu se faire tuer aussi. Mais deux jeunes hommes lui portent secours et l’emmènent loin pour le sauver. Si loin… dans un endroit inconnu, perdu, mais où il se trouve en sécurité. Il y fera la connaissance de Victoria, elle aussi de son âge ou presque, et il découvrira que Shail et Alsan, ses deux sauveurs, forment avec elle la Résistance. Mais pour quoi ? Pour sauver Idhun, leur monde magique, d’Ashran le Nécromancien. Toutefois, Jack et Victoria semblent posséder un rôle majeur dans tous ces évènements, bien qu’ils ignorent pourquoi, comment, et même qui ils sont réellement. Une seule chose est certaine : Ashran a lancé Kirtash à leurs trousses et la rencontre des trois risque bien de donner des étincelles.

Si vous saviez comme il est ardu de résumer plus de 500 pages en un petit paragraphe sans vous spoiler trop mais en vous donnant envie… c’est sport, comme on dit ! Je souhaite réellement que certains d’entre vous ressortent convaincus de ma chronique, pour la bonne et simple raison que j’ai passé un superbe moment dans ma lecture !

Je ne pensais pas que je m’embarquerais autant dans ce roman. Il y a toujours la petite appréhension du début, quand on commence une saga, on ne sait pas tellement où on met les pieds… et j’avoue que la mienne, de réticence, a persisté jusqu’à environ 150 pages. Eh oui, il a fallu tout ce temps pour me plonger réellement dans l’histoire ! Les raisons en sont très simples : Jack, qu’on considère comme le héros de l’histoire, avec Victoria, a douze ans quand l’histoire commence. Il est ainsi assez difficile de s’identifier à lui quand on en a dix de plus. En plus, tout lui tombe dessus et nous ne comprenons pas grand-chose, on constate que certaines tournures de phrases ne sont pas aussi fluides que ce dont on peut avoir l’habitude, comme si Laura Gallego avait un peu de mal à prendre son histoire en main, et puis plus les pages se tournent, plus cette dernière impression s’estompe. Ensuite, Jack n’est pas non plus le plus mature de la bande, il faut se le dire, et plusieurs fois, vous pourriez avoir envie de le remettre à sa place.
Rassurez-vous, ces éléments sont bénins et ne concernent que les 150 premières pages.

Passé ce cap, fichtre. L’intrigue est mise en place et vous allez vous trouver dans ces histoires où plus vous en découvrez, plus ça devient compliqué. Et plus ça devient intrigant, fascinant et difficile de se décrocher, aussi… J’avoue que je me suis laissé envelopper par la magie de ce roman avec une facilité qui devient déconcertante. J’avais du mal avec Jack ? Je me suis raccrochée à Victoria et puis j’ai redécouvert Jack. Parce qu’à un moment se trouve une ellipse de deux ans et nos personnages grandissent ! Ils ont entre 15 et 16 ans et là, ça va quand même beaucoup mieux.

Bref, vous découvrez un Jack qui sait s’excuser, toujours aussi impétueux mais prêt à faire des efforts et des sacrifices pour ceux qui comptent pour lui, et il y arrive plutôt bien ! Il est fort et déterminé, porte en lui un secret juste wouaouh, qui donne encore une autre dimension à son caractère !
Victoria porte aussi un secret réellement important et son caractère est aussi déterminé, mais doux. Elle est lumineuse et pleine de gentillesse, même si elle sait aussi se montrer moins gentille ! J’ai bien apprécié de la suivre. Puis sa relation avec Jack et avec Kirtash m’a vraiment emportée. Elle est unique !
Kirtash, quant à lui, est… mystérieux, énigmatique… mais d’une certaine manière, si on le trouve profondément antipathique à la base, on ne peut s’empêcher de s’attacher à lui par la suite, pour des raisons que je n’expliciterai pas ici.
Shail et Alsan sont aussi des personnages auxquels on s’attache et qui n’ont rien de parfait, au contraire, mais ils se battent pour ce en quoi ils croient, avec l’énergie du désespoir parfois, et on a envie de les suivre.

Au niveau du monde fantasy, je ne peux pas dire qu’il soit développé dans ce premier tome. On en a des aperçus, bien plutôt comme si on se trouvait en face d’un album photo, si vous voulez. On n’explore pas réellement. Et pourtant, nous apprenons tellement de choses ! L’aspect magique, ou fantastique, si vous voulez, est parfaitement présent et représente une part très importante du bouquin. C’est ce qui rend aussi l’histoire si prenante avec les relations que les personnages entretiennent entre eux. Les licornes, les dragons, les sheks, la magie, les armes légendaires… vous n’avez pas terminé d’en avoir plein l’esprit et les mirettes ! Il y a là une richesse merveilleuse qui me laisse encore un peu rêveuse, actuellement !

Même si ce roman est, comme vous pouvez le constater, bourré de qualités, il possède quand même quelques défauts. La plume du départ, comme je vous l’ai mentionné, mais pas que. Je ne suis pas tellement pour les triangles amoureux, et même si j’ai réellement aimé cette histoire, j’avoue qu’au final, ça finit par me déranger. Aimer deux garçons à la fois, c’est… ça me gêne quand même. Quant aux révélations, elles n’en étaient pas tellement à mon goût, puisque j’avais tout deviné à l’avance, mais ça, on n’y peut rien, tout était superbement bien orchestré de mon balcon. Le dernier point, c’est que même si justement, la trame est très très bien organisée et que vous restés embarqués jusqu’à la fin du bouquin une fois que vous y êtes accroché, les situations sont souvent un peu clichées. De ce fait, je m’en rendais un peu compte et le souffle retombait légèrement. C’est assez dommage, même si on sent que Laura Gallego joue avec tout ça comme un chef d’orchestre qui décide de lancer certains instruments à un moment précis. Pour ça, aucun doute, même si La Résistance est un de ses premiers romans, on sent déjà qu’elle possède une sérieuse maîtrise de ce côté-ci !

Vous savez que je pourrais parler pendant encore des pages et des pages de ce roman. J’ai très souvent mille et une choses à raconter sur ce que je lis, surtout quand je vous donne mon avis, mais il faut bien que je me restreigne à un moment ou à un autre. Néanmoins, dites-vous bien que là, j'ai dû raconter la moitié de ce que j'avais réellement envie d'aborder ! (pipelette, moi ? Du tout !)
En conclusion, ce premier roman saura vous embarquer et charmer bien plus d’un lecteur encore. Prémices d’un monde fascinant, La Résistance vous plongera dans un bain de magie et d’intrigues où les surprises seront forcément de la partie. Préparez-vous à ne plus lâcher ce bouquin si vous décidez de lui laisser sa chance, parce que même s’il a ses faiblesses, entre amitié, amour, haine et toutes sortes d’émotions, Kirtash, Victoria et Jack auront du mal à vous laisser indifférents ! Ce sera donc un 17/20 pour moi et un grand bravo à Laura Gallego, j’ai vraiment envie de découvrir la suite, maintenant !


Triada, libro III : Despertar



Jack y Victoria, el dragón y el unicornio, han vuelto al mundo de Idhún y su regreso supone para los enemigos de Ashram, el nigromante, un aviso de que la paz puede haber llegado... pero, ¿no es Kirtash, el shek, quien les acompaña? ¿En qué bando se sitúan realmente nuestros héroes? Emocionantes aventuras y peligros insospe chados acechan en cada una de estas páginas. La profecía ha comenzado a cumplirse. El boca a boca es imparable. Es la señal que muchos aguardaban con fe y esperanza: gracias a la resistencia, el dragón y el unicornio, Jack y Victoria, han vuelto a Idhún. Es el momento que los enemigos de Ashram, el nigromante, estaban esperando para alzarse contra el tirano y sus aliados, los shek. Pero... un momento: ¿no es Kirtash, el shek, quien los acompaña? Entonces, ¿en qué bando están el dragón y el unicornio?

Et si je vous faisais enfin ma chronique sur l’un des rares livres que j’ai lu en espagnol ?

Despertar est la suite directe du gros tome 1 que j’avais lu en Français. Sauf qu’en Espagnol, les gros tomes ont été séparés en deux plus petits à chaque fois. Ici, nous retrouvons Jack, Victoria et Christian qui sont arrivés en Idhún, terre de leurs origines et surtout de la prophétie. La Résistance est plus que jamais en marche, mais les autres habitants d’Idhún, impatients de voir le règne des licornes et des dragons advenir à nouveau, comprendront-ils qu’un shek face partie intégrante de l’équipe ? Et plus important… à l’heure où Yandrak se réveille pleinement, que Jack et Christian aiment tous deux Victoria au point d’en refouler leurs propres instincts… parviendront-ils à ne pas s’entretuer ?

Mon résumé est encore pourri, je le sais sauf que là j’ignore à peu près tout à fait comment en faire un plus complet. Parce qu’en fait, ce troisième tome est juste hyper dense ! On y apprend énormément sur Idhún, d’autant plus que notre équipe de la Résistance est disséminée et que nous suivons chaque petit groupe évoluer dans ce milieu dont nous ne connaissons rien.

L’action est présente, toutefois je trouve que ce n’est pas l’élément principal. Il y a évidemment des passages qui font faire des bons de géant dans l’histoire, sauf que ce tome-là, Despertar ou « Réveiller » en français indique plus une évolution psychologique et fondamentale des personnages. On suit nos personnages qui doivent s’appréhender et appréhender le monde d’une autre manière, ce qui fait que les tensions montent toujours crescendo parce qu’Idhún est beaucoup plus hostile et dangereuse pour eux que la Terre.

Jack doit apprendre à se transformer en dragon, sauf que cet apprentissage s’accompagne d’une haine et d’un instinct de meurtre à l’encontre des sheks, dont Christian fait partie. Il en va de même pour ce dernier, qui voit sa propre nature décliner, et qui risque de mourir d’un jour à l’autre. La seule façon de ne pas dépérir ? Tuer un dragon. Sauf qu’il ne reste que Yandrak en vie.
Et les deux ne peuvent pas se tuer. Peu importe la prophétie, la charge qui leur incombe. Seule Victoria compte. Elle qu’ils aiment tous deux et qui les aime tous deux.

Alors là nous abordons un point qui m’a presque chiffonnée et pour lequel j’admire néanmoins Laura Gallego. Quand deux garçons aiment la même fille, ça craint. S’ils ne peuvent pas se blairer en plus, ça craint aussi un max. Mais quand cette fille aime les deux gars et ne choisit pas entre eux ? J’suis désolée, hein… sauf que là ça craint du boudin puissance 5'000. Et pourtant, notre auteure réussit à amener les choses de façon à ce que ça nous paraisse vraiment problématique et cependant… pas aussi dégoûtant que ça pourrait l’être. Après, on a notre chouchou, je suppose, sans pouvoir pour autant rejeter tout à fait l’autre. Parce que les deux garçons ont tour à tour des qualités et des défauts.

C’est un gros plus pour cette auteure, qui sait en fait nous présenter des personnages assez complexes que nous ne pouvons pas juger et qui n’ont de cesse de nous surprendre. Y compris Shail et Alexander ! Chacun vit des choses plus ou moins difficiles, qui rendent la situation de plus en plus inextricable… en attendant des jours meilleurs.

Jamais cependant nos héros (ou nos méchants) n’abandonnent la partie. Jamais ! Cela nous donne évidemment une lutte acharnée qui a de quoi nous ravir, puisque souvent, les choses se jouent rapidement et trop facilement. Là, non, il y a vraiment des obstacles et ça rend le récit assez addictif, même si on prend aussi plaisir à aller doucement. La preuve ne est du fait que j’ai mis plusieurs jours pour le lire sans m’en lasser, alors qu’il s’agissait d’un beau bébé en espagnol.

Et la fin. Punaise. La fin. Laura Gallego peut définitivement être classée en auteur sadique, même si le lecteur aura largement eu l’occasion de s’en rendre compte dans le bouquin. Les dernières pages ne font que le confirmer cruellement. J’aime pas cette fin, même si je l’ai prise avec du recul, vu que l’espagnol n’est pas ma langue maternelle. En fait, c’est simple, j’y crois pas. Ça devait arriver, je le sais… mais. Mais ! Quand même ! De fait, malgré mon envie de ne rien acheter avant Noël (c’est beau de croire à ses rêves, hein), je me suis procurée le tome 4.

En conclusion, ce tome 3 est une franche réussite, pleine de magie, de tensions et d’éléments à surmonter qui n’ont rien de facile. Les personnages sont complexes, impossible de ne pas s’attacher à eux ou de ne pas se laisser surprendre par eux, tandis que l’on voit l’évolution de chacun au fur et à mesure, tout en ayant en vue cette prophétie qui doit s’accomplir. Cette chronique est sûrement un peu brouillon, toujours est-il que j’ai envie de lire la suite après cette fin juste gggnnnn ! J’aurai pris grand plaisir durant ma lecture que je recommande fortement !
Ce sera donc un 17/20 pour moi et vivement que j’attaque le tome 4 !
 

Triada, libro IV : Predestinación



La raza de los Celestes es conocida por su capacidad empática, ya que sienten las verdaderas emociones de las personas; debido a ello perciben el dolor y la rabia de Victoria, furiosa y con ánimo de venganza tras lo sucedido a su amigo Jack. De lo que no hay duda es de que ella recorrerá el mundo de Idhún hasta cumplir su o bjetivo ¿Qué problemas tendrá que afrontar la joven en su desesperada misión? Una novela que continúa la saga de Memorias de Idhún. Los celestes son una raza conocida por su capacidad empática. Pueden sentir las verdaderas emociones de las personas. Por eso, la mayoría han salido destrozados de la casa donde se recupera Victoria. Un sentimiento tan frío y oscuro como impropio de ella crece en su interior. Después de lo que le ha ocurrido a Jack, Victoria esta dispuesta a vengarse y asesinar al responsable, aunque tenga que recorrer todo Idhún para encontrarlo.

Premièrement, excusez-moi de ne pas traduire ce résumé en français, nous sommes le lendemain de Noël et il semblerait que j’éprouve une assez importante fainéantise !

(attention SPOILERS) La suite des aventures de Jack, Victoria et Christian est riche en surprises. Jack est donné pour mort après que Christian lui ait enfoncé son épée dans le buste, Vic est dévastée et cherche à tuer le meurtrier. Comme si ce n’était déjà pas assez, la prophétie reste toujours en suspens et Ashran le Nécromancien semble préparer un sale coup qui pourrait bien à nouveau changer la face d’Idhun…
Mais que faire quand tout semble prédestiné ?

Honnêtement, quand j’ai eu fini le tome 3 (ou 2.1, vu qu’en espagnol les grands tomes ont été séparés en deux à chaque fois), j’étais passablement agacée. Jack a été donné pour mort, et je l’aimais beaucoup, moi. En fait, c’était plus une triade s’il manquait un des éléments de la triade et quand je me suis procurée le tome 4 (ou 2..2), avant de l’acheter, j’ai vérifié ce que je pouvais trouver dedans. La dernière fois que j’avais fait un truc pareil, c’était pour Twilight 2, alors imaginez-vous…

Dire que j’ai été emportée est vrai. Dire que j’étais addict à l’histoire, c’est faux. Le souci, c’est que lire en espagnol ralentit considérablement mon rythme de lecture et surtout, que de fait, j’ai moins envie de dévorer. Les pages étaient longues, l’écriture petite, et même si j’étais intriguée et fascinée par les méli-mélos de l’histoire, ça en aura été un tout petit peu laborieux.

Pourtant, j’ai retrouvé les héros avec plaisir, contemplant avec bonheur le fait qu’ils avaient réellement mûri. Oui, parce que hein, ça commençait à bien faire les jérémiades, les crises de nerfs et compagnie, au bout d’un moment. Ce sont des adolescents, d’accord, mais au bout d’un moment, j’en avais assez.

En revanche, j’ai moins apprécié de replonger dans le « Victoria aime deux garçons et ne veut pas en choisir un » parce que là, on arrivait dans du « Victoria ne peut pas en choisir un ». Aimer Christian et Jack permet sa survie, en gros, et ça m’a un peu beaucoup agacée. Parce que je sais pas vous, mais une fille qui embrasse deux mecs (heureusement, ça ne va pas encore plus loin pour le moment), je suis pas fana. Enfin, il y avait un certain équilibre et ça ne tournait pas tout le temps autour de ça.

J’ai apprécié cette notion de prédestination et d’ouverture du champ des possibles dans l’histoire. Au travers de certains personnages, on voit que la prophétie qui guide leurs actions agit comme la théorie du Pygmalion que l’on retrouve beaucoup en études d’éducation (si vous dites à un élève qu’il est nul, il va le devenir, pour info), et qu’en fait, quoi qu’ils fassent, nos personnages sont presque forcés de vivre ce qui a été annoncés. Les réflexions posées sur le sujet ont été très sympathiques à suivre.

De même, j’ai énormément apprécié la lutte contre l’instinct de certains, un instinct qui les assujettissait, si vous voulez, et leur retirait tout libre arbitre. Donc je plussoie à fond ! Il y a une grande part offerte à l’amour, à l’amitié et à la considération de la vie de l’autre, aussi, même si parfois, on tombe dans des scènes de guerre peu appétissantes. On reste dans de la fantasy, d’ailleurs, donc ça reste inhérent au genre… si on veut.

Je pourrais encore parler aussi de l’univers qui se trouve toujours aussi riche, poussé et étudié dans ses moindres recoins, avec des personnages tous différents et aux caractères bien spécifiques à chacun. C’est vraiment intéressant à suivre, d’autant que rien n’est jamais joué au niveau de l’intrigue et que tout se complexifie et se dénoue à un rythme assez soutenu. Un vrai réseau de toile d’araignée !

Quant à la plume, elle est franchement sympa, et pour une fille qui essaie de lire en espagnol comme elle peut, largement accessible malgré quelques petits points à améliorer de mon côté, aha.

En conclusion, cette suite est à la hauteur de ce que j’ai déjà pu lire et je me plongerai volontiers dans les prochains tomes, surtout sachant l’épilogue que nous a offert l’auteur. J’éprouve encore et toujours un léger bémol quant à la relation amoureuse centrale, même si je trouve que ça reste bien traité. Le suspense est là tout le long, l’univers riche et la plume sympathique. De la VO comme on peut les aimer, en somme !
Ce sera donc un 16/20 pour moi !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire